JointHealth
English
Pleins feux sur l'arthrose

Touchant plus de 3 200 000 Canadiens (soit un sur dix), l'arthrose est de loin la forme d'arthrite la plus courante.

L'arthrose est causée par la détérioration du cartilage des articulations. Le cartilage est une substance protéinée qui agit comme un coussin entre les différents os composant l'articulation pour en assurer le fonctionnement en douceur.

Pouvant toucher n'importe quelle articulation, l'arthrose affecte plus particulièrement les mains et les articulations portantes comme la colonne, les hanches et les genoux. Les épaules, les coudes et les chevilles sont moins à risque, à moins que l'articulation n'ait été endommagée suite à une blessure.

Contrairement à d'autres formes d'arthrite affectant en majorité les femmes, l'arthrose touche autant les hommes que les femmes. Et bien qu'elle survienne après 45 ans dans la plupart des cas, elle peut frapper à tous âges, les enfants comme les aînés. Bien qu'on ne puisse pas encore guérir l'arthrose, il existe des traitements efficaces pour réduire la douleur et protéger les articulations.

Diagnostiquer l'arthrose

Les antécédents familiaux, l'obésité, les blessures aux articulations, l'usage répété d'une articulation et l'âge font partie des facteurs de risque liés à l'arthrose.

Il existe plusieurs signes avant-coureurs de l'arthrose :
  • Douleur et (ou) raideur articulaires ou près de l'articulation pendant plus de deux semaines
  • Articulations enflées, particulièrement celles des mains et des pieds
  • Force et mobilité réduites d'une ou de plusieurs articulations

Si vous pensez souffrir d'arthrose, consultez votre médecin. L'arthrose peut être facilement diagnostiquée par un examen physique et parfois, à l'aide de radiographies. Il n'existe aucune analyse sanguine permettant d'identifier l'arthrose. Cependant, votre médecin pourrait demander différentes analyses sanguines afin d'éliminer la possibilité d'autres formes d'arthrite.

Comme pour d'autres formes d'arthrite, un diagnostic précoce est un élément clé dans la prévention de l'invalidité et de la déformation des articulations. Vous pouvez prendre certaines mesures pour ralentir le dommage irréparable aux articulations et diminuer d'autant les risques d'invalidité. Obtenir un diagnostic le plus rapidement possible est une étape cruciale dans le plan de traitement de l'arthrose.

Traiter l'arthrose

Selon la gravité, plusieurs options sont disponibles pour le traitement de l'arthrose, dont les interventions axées sur le mode de vie, les médicaments et la chirurgie.

Perdre du poids et modifier son mode de vie sont essentiels dans le traitement de l'arthrose, qu'elle soit légère, modérée ou sévère. Avant d'attraper le flacon de médicaments, la personne atteinte d'arthrose devrait tout d'abord faire de l'exercice et perdre du poids, si nécessaire.

Chez les personnes atteintes d'arthrose de légère à modérée, la douleur articulaire peut facilement être soulagée par des analgésiques en vente libre comme l'acétaminophène (Tylenol(r)). N'étant pas un anti-inflammatoire, l'acétaminophène peut soulager la douleur, mais ne peut stopper les dommages articulaires.

Lorsqu'un analgésique comme l'acétominophène n'est pas suffisant, le médecin peut recommander un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Certains AINS, comme l'ibuprofène (Motrin(r) ou Advil(r)) et l'acide acétylsalicylique (Aspirin(r)) peuvent être obtenus en vente libre. D'autres plus puissants, dont le naproxène (Naprosyn(r)), requièrent une ordonnance. Ces médicaments très puissants peuvent réduire l'inflammation et soulager la douleur, mais ne peuvent prévenir les dommages articulaires. Les AINS comportent parfois de rares effets secondaires comme des risques de maladies cardiovasculaires graves ou gastro-intestinales (ulcères d'estomac). Il est donc important de consulter votre médecin avant d'ajouter un AINS à votre plan de traitement.

Les inhibiteurs spécifiques de la COX 2 forment une classe distincte et plus récente. Ils contribuent à réduire l'inflammation sans comporter d'effets secondaires gastro-intestinaux. Le célécoxib (Celebrex(r)) en est un exemple. Il est important de noter que bien que les inhibiteurs de la COX 2 comportent moins d'effets secondaires gastro-intestinaux, la recherche a démontré qu'ils comportent autant et même plus de risques cardiovasculaires (cœur) qu'un AINS de type traditionnel.

Parfois, l'administration de corticostéroïde par injection (" cortisone ") directement dans l'articulation affectée peut aider à réduire l'inflammation dans les cas d'arthrose à un stade avancé. Lorsque la douleur est intense et la mobilité réduite, les injections de cortisone sont d'une grande efficacité. Cependant, comme les corticostéroïdes peuvent affaiblir le cartilage et entraîner des dommages articulaires encore plus grands, cette option ne doit être utilisée que rarement (moins de trois fois l'an) dans chaque articulation affectée. Il ne s'agit pas ici d'un traitement à long terme, mais plutôt d'un soulagement occasionnel, face à une douleur et une inflammation particulièrement intenses.

Comme pour toutes les formes d'arthrite, maintenir un poids santé constitue un élément vital du plan de traitement équilibré de l'arthrose. L'arthrose ciblant généralement les articulations portantes comme les hanches et les genoux, les études ont démontré qu'un surplus de poids, de l'ordre de 4,5 à 9 kg (10 à 20 lb), peut augmenter de façon considérable les risques de dommages articulaires aux genoux. L'une des mesures les plus positives à prendre pour la personne atteinte d'arthrose est le maintien d'un poids santé.

L'exercice est également un élément essentiel du plan de traitement. Le succès réside dans une routine bien adaptée à votre état. Généralement, les exercices les plus recommandés sont ceux qui imposent un stress léger aux articulations, comme la natation ou tout autre exercice aquatique.

À cause de la douleur qu'elles éprouvent, plusieurs personnes trouvent difficile de faire de l'exercice. Les médecins recommandent dans plusieurs cas de prendre un analgésique (acétaminophène ou Tylenol(r)) 30 minutes avant le début de l'exercice. Selon l'intensité de la douleur, l'utilisation de compresses chaudes ou froides, selon la préférence de chacun, constitue un traitement non médicinal de choix qui peut s'avérer efficace et permettre aux personnes atteintes d'arthrose de faire de l'exercice et même, d'y prendre goût !

La chirurgie est également une option lorsque le dommage articulaire a progressé au point où la mobilité devient gravement compromise. Le type le plus courant de chirurgie articulaire dans les cas d'arthrose est le remplacement de l'articulation affectée. Les genoux et les hanches sont particulièrement ciblés par ce type d'intervention.

L’outil sur l’arthrose
L’outil sur l’arthrose a éteé créé pour les fournisseurs de soins primaires qui prennent en charge des patients souffrant de douleur articulaire nouvelle ou récidivante qui correspond à l’arthrose de la hanche, du genou ou de la main. Cet outil aide les cliniciens à identifier les symptômes et à les prendre en charge de maniére factuelle, en respectant des objectifs et en utilisant une pharmacothérapie ou non, tout en identifiant les déclencheurs aux fins d’investigations ou d’orientation vers un autre professionnel de la sante?.

Cliquez ici pour télécharger et imprimer l’outil sur l’arthrose